trans

 

Accueil
Accueil

 

Bibliographie
Bibliographie

 

Diaporama
Diaporama

 

 

Admin
Admin

trans

Mémoire partagée, destins croisés

 1-Des temps du souvenir
 2-Des lieux de mémoire
 3-Une institution et des hommes

trans

Une histoire commune

 1-Le Maroc aux côtés de la France dans la Grande Guerre
 2-Frères d'armes marocains et français
(1939-1945)
 3-Débarquement américain et vie quotidienne
(1939-1945)

trans

Deux témoignages inédits

1-Commandant Gustave George, officier au 1er régiment de marche de tirailleurs marocains, 1914-1915 (travail du Club d'Histoire du Lycée Lyautey, animé par Odile NAIM)


2-Paul Brandenburg, un Français du Maroc engagé dans le 12e Cuirassiers de la 2e DB, 1944-1945

trans

Liens

- Liens Frères d'armes marocains et français dans les deux guerres mondiales - Mémoire partagée


trans

Recherche

trans

trans

Visites

  visiteurs

  visiteurs en ligne

trans

trans

Présentation générale du projet


PREAMBULE



« Le Royaume du Maroc et la République française ont souvent signé du sceau de l'exception leur histoire contemporaine. (...) cette exception qui fait notre fierté, s'est vérifiée chaque fois que les libertés des hommes ont été mises en péril ou en équation sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, dans la résistance face au nazisme et au fascisme partis à l'assaut du monde. »


(Sa Majesté Mohammed VI, 20 décembre 2002)



Au cours de l’année scolaire, 2005-2006, soixante élèves de troisième du Lycée Lyautey de Casablanca, encadrés par une importante équipe pédagogique et administrative en partenariat avec le Service des Anciens Combattants de l’Ambassade de France, se sont impliqués dans un ambitieux projet interdisciplinaire consacré à l’engagement des combattants marocains aux côtés de la France, dans les deux guerres mondiales, et à l’étude de la Grande Guerre sous l’angle des « Classes Maurice Genevoix ».



LES PRINCIPALES ACTIONS



 Rythmant toute l’année scolaire, ce projet a été marqué par plusieurs actions et réalisations, dont les plus importantes sont :



●  la publication d’un magnifique ouvrage, de 420 illustrations, avec des textes de synthèse, en hommage aux combattants marocains qui se sont battus aux côtés de leurs frères d’armes français dans les deux guerres mondiales. Les bénéfices issus de la vente de ce livre sont reversés à des vétérans marocains au titre de l’aide sociale par le canal du milieu associatif local, sous le contrôle du Service des Anciens Combattants de l’Ambassade de France au Maroc. La sortie de cet ouvrage a eu lieu le 8 mai 2006 ;



●  une exposition de 110 photographies extraites du livre, parmi les plus belles et les plus marquantes, avec une légende bilingue (français-arabe). Exposition inaugurée également le 8 mai 2006, au Lycée Lyautey; 



●   un travail de recherche sur le Carré musulman de la Nécropole nationale de Douaumont à partir des fiches des soldats « Morts pour la France » en 14-18, numérisées par la DMPA et consultables sur  son site Internet : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/. Travail émouvant qui a permis d’identifier près de 75 % des soldats inhumés dans ce Carré et qui a débouché sur un recueil numérique ;



●   un voyage pédagogique sur des lieux de mémoire en rapport avec les thèmes d’étude du projet, marqué par la participation des élèves à quatre cérémonies : sur le carré musulman de Douaumont à Verdun, sur le carré musulman de Notre-Dame-de-Lorette, sur la Tombe du Soldat inconnu à Paris et aux Invalides.



UNE FORTE IMPLICATION DE L’EQUIPE D’ENCADREMENT ET DES ELEVES



Ce projet a été le fruit d’un long travail de préparation. Près de 450 photographies ont été rassemblées par deux enseignants de l’équipe pédagogique au cours de l’été 2005, après des recherches à l’ECPAD principalement, à la BDIC et au SHD, ainsi que des contacts pris avec des collectionneurs privés et des achats personnels. Parallèlement, l’un de ces enseignants s’est rendu à Verdun pour photographier les 592 stèles du carré musulman de Douaumont.



Photos qui ont constitué le point de départ du travail mené par les élèves sur ce lieu de mémoire, dans le cadre d’une heure hebdomadaire supplémentaire, intégrée à leur emploi du temps dès la rentrée de septembre. Ce créneau horaire a été ensuite utilisé, à partir de novembre, pour mener à bien le travail de sélection et de légende des photos qui figurent dans l’ouvrage et l’exposition. Ce créneau n’étant pas suffisant, des séances additionnelles ont été organisées entre midi et quatorze heures. Les élèves ont été aussi invités à participer à des conférences et des manifestations parfois hors du temps scolaire, comme la cérémonie du 11 novembre au cimetière de Ben M’Sick.



Durant toute l’année scolaire l’équipe d’encadrement, pédagogique et administrative, a donc été impliquée au quotidien dans la préparation de ces actions éducatives, du voyage pédagogique, des rencontres, de la communication et de la recherche de partenaires et de sponsors…



LA PORTEE SYMBOLIQUE DU PROJET



Ce projet pédagogique a été réalisé par un établissement français au Maroc, dans lequel se sont investis des élèves et des professeurs marocains, franco-marocains et français, de toutes confessions, qui se sont rendus en France pour saluer la mémoire de combattants originaires du Maghreb et d’Afrique noire, et dont le sang versé a contribué à défendre les intérêts et la liberté de la France. Fragment d’histoire partagée, qui relie les deux rives de la Méditerranée et qui prend toute sa signification dans le nécessaire rapprochement des peuples, l’acceptation de l’autre et l’intégration des immigrés maghrébins et des Français d'origine maghrébine en France… D’où une portée civique essentielle.



Outre le contexte social en France et les tensions internationales de ces dernières années marquées par des crispations identitaires, d’autres évènements ont contribué à donner du relief et une actualité au thème de ce projet. En 2005 et 2006, le Maroc vient de célébrer, en effet, le cinquantième anniversaire de son indépendance, tandis qu’en France a été inauguré par le Président Jacques Chirac, fin juin 2006, un monument dédié aux musulmans morts pour la France à Douaumont, à l’occasion du 90e anniversaire de la bataille de Verdun. Parallèlement, est sorti sur les écrans français et marocains, respectivement en septembre et octobre 2006, le premier film de fiction consacré aux soldats maghrébins engagés dans les combats de la libération, en 1943-1945, au sein de l’armée française, de Rachid Bouchareb avec notamment la participation du très médiatisé Jamel Debbouze. Alors même que deux réalisateurs français, Eric Beauducel et Bernard Simon, ont réalisé fin 2006 un film documentaire, « Zidou l’gouddam », sur ces mêmes « Guerriers du Soleil couchant » dans la Seconde Guerre mondiale, qui se révèle comme l’un des documentaires de référence, sur ce sujet, pour le grand public.


Date de création : 02/02/2007 @ 21:54
Dernière modification : 04/02/2007 @ 00:21
Catégorie :
Page lue 2884 fois

Prévisualiser la pagePrévisualiser la page

  

Imprimer la pageImprimer la page

Le Projet pédagogique 2002-2003

1-Le projet en images et ses prolongements en 2004 et 2005

2-Acteurs et partenaires

3-Objectifs

4-Calendrier et descriptif de l'action

5-Remerciements

6-Présentation de l'exposition

7-Deux poèmes émouvants

8-Programme du voyage pédagogique en France

trans

Le Projet pédagogique 2005-2006

1-Le projet en images et ses prolongements en 2007


2-Acteurs et partenaires


3-Présentation générale du projet


4-Calendrier et descriptif de l'action


5-Présentation de l'ouvrage "Ana ! Frères d'armes marocains dans les deux guerres mondiales" et Remerciements


6-Présentation de l'exposition sur les soldats marocains en 14-18 et 39-45


7-Présentation du recueil numérique sur le Carré musulman de Douaumont


8-Recueil de poèmes rédigés par les élèves


9-Textes d'élèves primés au concours "André Maginot"


10-Programme du voyage pédagogique en France

trans

trans

Haut

trans

Site fonctionnant sous GuppY v3.0p1 - GNU Public License - © 2002-2004