trans

 

Accueil
Accueil

 

Bibliographie
Bibliographie

 

Diaporama
Diaporama

 

 

Admin
Admin

trans

Mémoire partagée, destins croisés

 1-Des temps du souvenir
 2-Des lieux de mémoire
 3-Une institution et des hommes

trans

Une histoire commune

 1-Le Maroc aux côtés de la France dans la Grande Guerre
 2-Frères d'armes marocains et français
(1939-1945)
 3-Débarquement américain et vie quotidienne
(1939-1945)

trans

Deux témoignages inédits

1-Commandant Gustave George, officier au 1er régiment de marche de tirailleurs marocains, 1914-1915 (travail du Club d'Histoire du Lycée Lyautey, animé par Odile NAIM)


2-Paul Brandenburg, un Français du Maroc engagé dans le 12e Cuirassiers de la 2e DB, 1944-1945

trans

Liens

- Liens Frères d'armes marocains et français dans les deux guerres mondiales - Mémoire partagée


trans

Recherche

trans

trans

Visites

  visiteurs

  visiteurs en ligne

trans

trans

Recueil de poèmes rédigés par les élèves

Poèmes rédigés par les élèves de 3e 11 du Lycée Lyautey de Casablanca, sous la direction de Mme Elisabeth MARTINET,  professeur de Lettres Modernes et avec le concours de M. Christophe TOURON, professeur d’Histoire-Géographie, dans le cadre du projet « 1914-1918 / 1939-1945 - Récits et images de guerre - Mémoire partagée » :



 


ILS L’ONT RETROUVEE…


Pourtant des générations ont passé


Mais la terre est toujours souillée


Par le sang de la violence


Et le désir absolu de vengeance.


 


De jeunes esprits sont choqués


Par ce qu’on serait tenté d’oublier


Par les horribles armes,


Et les cœurs emplis de larmes.


 


Longue fut la traversée


Dans le vide meurtrier,


Long fut le voyage


Dans la peur du carnage.


 


Assis sous la voûte constellée


Ils l’ont enfin retrouvée


La pureté du ciel étoilé


C’est le parfum de la paix…


(Rita CHERKAOUI, 3e 11)


 


DANS LE CŒUR D’UN SACRIFIE


Il savait pourquoi il se battait


Il adhérait parfaitement à la cause qu’il défendait


Pourtant jamais de sa vie il n’avait eu le désir de tuer.


 


Il s’était levé, la tête pleine de rêves de liberté et de gloire


Pour lui, le retour de la paix n’arriverait jamais trop tard


Il avait le sentiment de ne pas être là pour rien


La flamme de l’espoir brûlait ardemment en son sein.


 


Mais tout cela est fini


Le fer de l’ennemi


Vient de lui ôter l’âme sans que ne coule aucune larme,


Sa mort, comme celle de tous ses camarades est un horrible drame.


 


Déjà, son corps abandonné sombre dans la boue


Et ses yeux, jadis pétillants, ne sont plus que les messagers


de son éternelle tristesse


A jamais figés sur le champ de bataille, théâtre de la folie des hommes


et de leur détresse.


 


Un jour, arrêtez-vous sur un lieu de mémoire et écoutez


L’âme errante d’un soldat, dans l’oreille vous murmurer de ne jamais oublier


Ce qu’ont accompli pour vous des hommes, qui se sont sacrifiés


Pour le retour de la paix.


(Réda ZORBA, 3e 11)


(Jamil LAHLOU, 3e 11)


 


A-T-ON LE DROIT D’OUBLIER?


A-t-on le droit d’oublier


Ces vallées grisonnantes,


Ces rivières rougeoyantes


Sous un soleil voilé ?


 


A-t-on le droit d’oublier


L’hymne morbide des obus jaillissant de l’encre noire de la nuit,


Les gémissements saccadés de ces hommes endormis,


Le silence à jamais arrêté ?


 


A-t-on le droit d’oublier


Ces matins d’hiver, où les membres engourdis


Dans un berceau de boue se réveillent ensevelis ?


 


A-t-on le droit d’oublier


La puanteur des champs


Couverts de cadavres et imbibés de sang ?


 


A-t-on le droit d’oublier


Le pas cadencé de ces soldats accomplissant leur devoir,


Le son des cuivres aigus, rythmant leurs espoirs,


Le courage de ces hommes qui se sont sacrifiés,


Le prix de leurs souffrances pour une paix espérée ?


(Tama ZBAIR, 3e 11)


 


LA MARCHE VERS L’OMBRE


Pauvre soldat inconscient


Marchant à contre-courant


Vers le néant.


Sa vie est loin d’être facile


Dans les tranchées, elle ne tient qu’à un fil.


 


Sous les yeux terrifiés des uns,


Au milieu de l’ennui des autres et des sombres chagrins


Un obus déchire le ciel…


Le soldat est touché, clos à jamais seront ses yeux de miel.


 


C’est dans un tir que s’est ainsi évanoui son sourire


Qui a laissé place à la nostalgie des souvenirs.


Des perles couleront sur les joues de sa bien-aimée


Jeune veuve de guerre à la morne destinée.


 


Pour ce pauvre soldat, béni des dieux sera le guide


Qui l’emmènera loin de ces miasmes morbides.


C’est le cœur plein de songes funèbres


Que s’envolera à jamais cet homme vers l’ombre des ténèbres.


(Kenza TAHRI, 3e 11)


 


AVOIR 20 ANS DANS LA GUERRE


Hier j’ai eu 20 ans,


Je suis encore un adolescent.


Que se passe-t-il maman ?


Pourquoi devrais-je tuer ces gens ?


 


Je ne veux pas faire la guerre,


Je viens tout juste d’arriver sur Terre.


Il me reste tant à faire


Et la guerre pourquoi faire ?


 


Je veux grandir, me marier et avoir des enfants,


Avec eux voyager et rencontrer des gens,


Donner de l’amour tous les jours


Non, maman, ce n’est pas mon tour !


(Sophian JAYAL, 3e 11)


 


DES FRERES D’ARMES


De simples hommes inhumés dans un Carré militaire,


Séparés par un mur de poussière


Et qui s’étaient unis, dans un monde de guerre.


 


Jour après jour, nuit après nuit,


Ils avaient partagé les mêmes épreuves de la vie.


Ayant appris à se connaître,


Une véritable fraternité d’armes venait de naître.


 


Cette étincelle d’humanité


Réconfortait des corps et des âmes blessés,


Elle galvanisait ces hommes dans les combats acharnés


Au cours desquels tant d’eux mouraient.


 


Vivant dans les cieux, un soleil éclaire toujours cette fraternité.


Ses rayons réchauffent le cœur des frères d’armes, dont l’amitié


Est restée plus forte que l’ombre froide de la guerre et sa brutalité.


(Yasmine DESSOUT, 3e 11)


 


LA GRANDE GUERRE


Soldats de toutes les armes et officiers meurtris


Par tant de haine envahis,


Tirailleurs et spahis


Qui exposaient tant leur vie !


 


Ils déambulaient parmi les rats, les poux


Dans le froid et la boue…


Si loin était le réconfortant espoir


De cette ultime victoire !


Pouvaient-ils encore y croire ?


 


De souffrances inutiles et d’obstacles alentour,


Sinistre paysage où ne régnaient que « vautours ».


Ils s’y entretuaient comme des marionnettes


Avec leurs terribles baïonnettes.


 


Devant tant de sacrifices


Les soldats des armées victorieuses reçurent comme une justice


La nouvelle de l’Armistice…


(Tarik BENNIS, 3e 11)


(Ilias MARMECH, 3e 11)


 


LA MORT ETAIT NOTRE COMPAGNE


Devant nous, mugissaient des canons prêts à tirer.


Dans nos tranchées nous attendions dans l’angoisse d’être tués


Sous une pluie d’obus stridente prête à nous décimer.


 


Nos ennemis étaient pareillement brutalisés,


Lors des assauts point d’humanité.


Les rangs étaient formés prêts à attaquer


Pour être fauchés par la mort aux aguets.


 


Chaque jour voyait les camarades tomber


Abandonnés dans l’enfer des tranchées.


Certains furent décorés, d’autres oubliés,


La plupart avaient témoigné du même courage et


de la même loyauté.


(Rayhane EL KHOUROUJ, 3e 11)


(Stefano LORENZATI, 3e 11)


 


CE SOIR LA A VERDUN


Ce soir là à Verdun, une pluie d’obus tombait,


Vers la lune blanchâtre des cendres montaient


Au cœur des tranchées, nous étions tous blottis


Voulant échapper à tout prix aux tirs ennemis.


 


Dans cette forêt dévastée, nous entendions éclater


De nombreux obus allemands qui venaient briser


Le silence pesant et le ciel si froid


Sous lequel, pauvres soldats, nous n’avions plus de toit.


 


Dans un poste de secours gisaient des membres amputés


Que nos infirmiers venaient de couper à des poilus effondrés.


Que de douleur pour ces tristes mutilés,


Symboles de l’enfer de Verdun et de l’horreur des tranchées !


(Réda LATRACH, 3e 11)


(Hamza MERNISSI, 3e 11)


 


ESPOIR, AU REVOIR !


La vie pour lui commence


Mais c’est déjà la fin.


Courte existence


Qui s’arrête au bout du chemin.


 


Il n’a pas eu le temps !


Le temps de grandir,


Le temps de construire.


Jeunesse gaspillée,


Jeunesse emportée.


 


Innocence juvénile


Aux conséquences terribles,


Il était persuadé de revenir


Et ne pensait pas mourir…


 


Fils de la guerre,


Triste militaire,


Il a perdu pour toujours


L’espoir de vivre de beaux jours.


(Sophian JAYAL, 3e 11)


 


SEUL…


Seul dans la nuit, un soldat se redresse


Il souffre… Il a mal… Une balle l’a blessé.


Le ciel lui semble parsemé des éclats de son cœur,


Un cœur détruit et ravagé par la peur.


 


Celle-ci est si grande à présent


Que rien ne paraît plus important.


Pas même l’ignoble souffrance dans ses veines, dans son sang


Qui semble avoir arrêté le temps.


 


A perte de vue, la folie humaine,


La lune fait briller ses armes


Cette ferraille, qui sème la haine


Et dans ses yeux un flot de larmes…


 


Un obus explose, le silence part en éclats.


Il a atterri là, tout près, sans le toucher.


Ni cris, ni plainte, il n’a pas le droit


Lui n’a pas été tué, il se tait.


 


Autour de lui, l’horreur de la guerre.


Des corps inertes gisent, sans vie, sans bruit.


Seul, il doit affronter la violence dernière


Et supporter la douleur et l’effroi qui paralysent son esprit.


 


Encore une pluie d’obus…


Leurs éclats, cette fois-ci, lui transpercent le corps.


Il est mortellement touché,


Il s’effondre, et dans un dernier souffle pleure…


 


Toutes ces larmes qu’il a gardées,


Toute cette peur qu’il a enfouie,


Toute cette douleur coule à présent sur ses joues.


Il va mourir il le sait, alors il a le droit de pleurer


Pleurer pour renier les horreurs de la guerre


Pleurer sur ces horreurs de la vie…


(Malak EL BOURI, 3e 11)


 


MON AMI DE TOUJOURS


Mon ami que t’ont-ils fait, ils t’ont pris, enlevé


Ces soldats ennemis sans pitié


Meurtris par les coups de ces derniers,


Tu gisais là, lorsque je t’ai trouvé.


 


Mon ami de toujours, avec qui je partageais tant d’instants privilégiés


Malgré que tu te sois retiré


Tu resteras à tout jamais


Le compagnon de mes pensées.


 


Il m’arrive souvent de me remémorer


Nos dernières journées partagées


Où, brancardiers, nous nous occupions des blessés


Et où malgré cette guerre acharnée


Nous évoquions notre doux passé.


 


Notre amitié restera pour toujours un cadeau inégalé


Que jamais je ne retrouverai


Ni en profondeur, ni en intensité.


Je te dédie mon ami ces quelques vers rédigés


En attendant le jour où je te retrouverai…


(Soufiane CHAROUB, 3e 11)


 


UN SOLDAT EST MORT


Dans un dernier souffle, il regarde autour de lui,


Des projectiles et des obus, sous la terre enfouis.


D’un œil affaibli, il nargue encore l’ennemi.


Autour de lui, une multitude de corps inanimés, assoupis.


 


L’odeur du sang respiré, il vient d’expirer.


Son ange est à ses côtés depuis que l’éclat d’obus l’a transpercé.


Il s’empare alors de l’âme du corps maintenant las


Qu’il guide sur la voie de l’Au-delà…


 


Ici-bas une histoire à partager est désormais brisée,


Sa famille en est traumatisée.


Ainsi donc l’espoir s’est envolé


Mais l’amour de ses proches subsistera à jamais…


(Manal SAMIE, 3e 11)


(Zineb SAIGH, 3e 11)


 


N’OUBLIONS JAMAIS QUE…


Dans l’horreur des tranchées ils se sont battus.


Devenus fous, sous un déluge de feu et de fer ils ont couru


Dans les plaines, labourées par les obus,


Un à un, à genoux, en pleurs, en prières, la tête haute, ils sont tombés.


 


Certains avaient le courage d’achever un ami, de s’aventurer dans les sapes,


Même quand la mort les attendait ;


D’autres ont eu la folie d’éventrer de leur baïonnette, le  visage embrasé


d’une joie démoniaque,


Un homme qui ne leur avait rien fait,


De faire exploser un abri entier pour ébranler la Terre et admirer la fumée se dégager du cratère.


 


Certains hurlaient du matin au soir pour exorciser leur douleur,


D’autres restaient muets et serraient les dents pour combattre leur peur.


Qu’ils acceptent le sacrifice


Ou qu’ils hurlent à l’injustice,


Leur sort était scellé


Obligés de servir leur Etat-major avec loyauté.


 


Ils ont marché parmi les cadavres décharnés de leurs ennemis,


Attendant avec frayeur leur propre mort sans répit.


Dans un sommeil agité, ils rêvaient de quitter cet enfer


Mais au réveil, le cauchemar éveillé les replongeait dans les sombres abysses de la plus hideuse des guerres


 


La Grande Guerre, qui a détruit les hommes et mis à nu leur bestialité,


La Grande Guerre, qui a dressé aux charognards des banquets dépassant la voracité des plus affamés,


La Grande Guerre, qui devait être pourtant la dernière…


 


La guerre n’a rien de monumental et d’épique


Car elle génère une situation terrible, insoutenable, particulièrement critique.


Mais comme les poilus étaient des braves qui ont accompli leur devoir


Ne les oubliez jamais et dîtes-vous que leur labeur


A constitué une des bases du grand édifice de la paix dans sa plus simple splendeur.


(Réda ZORBA, 3e 11)


(Jamil LAHLOU, 3e 11)


 


DELIVRANCE !


Terre, tu es ma patrie,


Paix, tu es mon espoir.


Ta langue chante un hymne,


L’hymne de la vie et de l’amour.


 


Mais que faire face aux horreurs de la guerre qui me poursuivent ?


Que faire de ces odeurs qui m’étouffent ?


Que faire face à ces souvenirs qui me hantent


Et ces visions qui m’aveuglent ?


 


Guerre, tu as donc été malheureusement mon destin.


Ton langage n’est que terreur.


Et mon cœur empli de douleur


Crie à corps perdu : Délivrance !


(Ouliess GUEDHANE, 3e 11)


 


CELA DEVAIT ETRE LA DER DES DER


Cela devait être la Der des der


Cette maudite Grande Guerre,


Cela devait en être fini


De tous ces fusils.


 


Boueuse dans les tranchées


Si douloureuse pour les armées


Et pourtant en 1939 elle revient


Comme un autre Verdun.


 


Sanguinaire comme la première


Avec encore plus d’horreurs,


Sur l’eau, la terre et dans les airs


Un véritable déluge de feu et de fer.


 


De nouveau la peur,


Ces mêmes hurlements effrayants


Qui déchirent les cœurs


Et toujours ces millions de morts parmi les innocents.


(Alexandre DELAYE, 3e 11)


 


DESTINEE


Le son des tambours retentissait,


Le sort de ces hommes était déjà scellé,


Ils n’avaient pas choisi leur destinée


Et ne pensaient pas laisser leur vie dans les tranchées.


 


Ces combattants étaient courageux


Alors que la fin approchait pour nombre d’entre eux.


Face à leur destinée, leur cœur tremblait,


Mais face à l’ennemi les regards se durcissaient.


 


Des millions de soldats défendaient leur pays,


Des innocents quotidiennement perdaient la vie.


Au lever du jour sur les champs de bataille meurtris


Les rayons du soleil levant caressaient des visages froids


La mort, hélas ! achevait son travail pour la énième fois.


 


Aujourd’hui il serait temps de mettre fin aux guerres


Qui n’engendrent que la misère.


Il est temps de guérir les plaies de l’Humanité


En scandant le mot Paix !


(Hind BOUJYDAH, 3e 11)


 


TUE A LA FLEUR DE L’AGE


Bleu était son regard d’adolescent


Le soleil de mars donnait à ses 17 ans


La force, la beauté et la joie de vivre, quand…


Arriva la missive, au détour d’un printemps.


 


Il lui fallut partir, servir sous les drapeaux


Dans son uniforme, il était si beau


Fier et élégant, à la fleur de l’âge


Prêt à défendre sa patrie avec courage.


 


Mais l’été céda sous le poids des orages d’acier


Des déluges d’obus ne cessaient de l’assommer,


La faim, la soif, la souffrance et la mort


Devinrent ses compagnes, son horizon, son triste sort.


 


Il le rencontra dans un trou d’obus, un matin, comme lui l’âme torturée


L’épuisement au corps, la peur au visage tiré.


Bleu aussi était son regard d’adolescent


Qu’il croisa perplexe et hésitant.


 


Mais  l’uniforme vert gris, soudain menaçant


Lui ôta la vie, sans lui laisser le temps


De penser que ce jour serait pour lui le dernier


Et qu’à la fleur de l’âge il ne verrait pourtant plus de printemps arriver.


(Nadah EL ARABI, 3e 11)


Date de création : 04/02/2007 @ 01:07
Dernière modification : 04/02/2007 @ 01:41
Catégorie :
Page lue 3554 fois

Prévisualiser la pagePrévisualiser la page

  

Imprimer la pageImprimer la page

Le Projet pédagogique 2002-2003

1-Le projet en images et ses prolongements en 2004 et 2005

2-Acteurs et partenaires

3-Objectifs

4-Calendrier et descriptif de l'action

5-Remerciements

6-Présentation de l'exposition

7-Deux poèmes émouvants

8-Programme du voyage pédagogique en France

trans

Le Projet pédagogique 2005-2006

1-Le projet en images et ses prolongements en 2007


2-Acteurs et partenaires


3-Présentation générale du projet


4-Calendrier et descriptif de l'action


5-Présentation de l'ouvrage "Ana ! Frères d'armes marocains dans les deux guerres mondiales" et Remerciements


6-Présentation de l'exposition sur les soldats marocains en 14-18 et 39-45


7-Présentation du recueil numérique sur le Carré musulman de Douaumont


8-Recueil de poèmes rédigés par les élèves


9-Textes d'élèves primés au concours "André Maginot"


10-Programme du voyage pédagogique en France

trans

trans

Haut

trans

Site fonctionnant sous GuppY v3.0p1 - GNU Public License - © 2002-2004